La pale du rotor de l’éolienne est-elle intacte ? Ou présente-t-elle de microscopiques bulles d’air susceptibles de s’étendre et de causer sa rupture ? Une nouvelle technologie de thermographie infrarouge développée par des chercheurs de la Société Fraunhofer permet de détecter les défauts des matériaux rapidement et à un coût raisonnable. À première vue, il semblerait que la pale du rotor soit en parfait état. Cependant, les experts savent qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Ils sondent la surface de l’objet, tendent l’oreille. Un son plein, grave est signe d’homogénéité, tandis qu’un son plat, creux est symptôme d’irrégularités au sein du bois lamellé. En passant la main sur la surface de la pale, ils peuvent également sentir des clivages et des cavités superficielles d’une certaine taille. Mais même un spécialiste expérimenté ne peut détecter manuellement toutes les imperfections invisibles à l’œil nu…

 

Or, des chercheurs de l’institut Fraunhofer Wilhelm Klauditz (WKI) à Brunswick ont trouvé un moyen de les mettre en évidence : “La thermographie infrarouge s’y prête parfaitement : elle est rapide, relativement bon marché et n’abîme pas les matériaux”, explique le Dr Hiltrud Brocke, responsable du projet au WKI. Le principe est le suivant : “On chauffe la surface à l’aide d’une lampe infrarouge. Une caméra spéciale permet de suivre la propagation de la chaleur dans le matériau. Si elle rencontre des bulles d’air ou des clivages, elle s’accumule, car la chaleur se diffuse moins facilement dans l’air que dans le bois lamellé, consistant.” Cette technologie permet aux chercheurs d’examiner les matériaux à plusieurs centimètres de profondeur. “Étant donné que l’équipement – lampe infrarouge, caméra et ordinateur – est aisément transportable, nous pouvons effectuer des mesures pendant la fabrication, après le transport ou sur des éoliennes déjà en service”, poursuit Hiltrud Brocke.

Les chercheurs procèderont à une démonstration de leur technologie sur un fragment de pale de rotor présentant des déformations typiques à la foire de Hanovre (du 20 au 24 avril).

Source : Société Fraunhofer